A la découverte du Pays Guerlédan - Argoat

Lac de Guerlédan - Tourisme en Centre Bretagne

A la découverte du Pays Guerlédan - Argoat

Callac - Argoat : La communauté de communes .

 Communaute de communes Callac - Argoat
Dans un site particulièrement riche et varié, entre les Montagnes Noires et les Monts d’Arrée, la cité de Callac et les campagnes environnantes offrent de nombreuses possibilités de promenades et de visites .

PATRIMOINE ET CULTURE

Le nom de Callac (en breton, Kallag : lieu où l’on trouve des rochers) est un palindrome : il peut se lire dans les deux sens. Son site est occupé depuis l’époque gallo-romaine : il se trouve sur la route de Vorgium (Carhaix) à Tréguier. Au XIIè siècle, les sires de Plusquellec y érigèrent un château-fort ; investi par les Anglais lors des guerres de succession, il eut à subir les assauts de Du Guesclin en 1363 ; il fut rasé en 1619 par décision de Richelieu. Callac connut aussi la révolte paysanne des Bonnets Rouges, la Chouannerie et, plus près de nous, la guerre de 1939-1945 où nombre de Callacois prirent part à la Résistance.
L’église Saint-Laurent date de la fin du XIXè siècle et abrite un original chemin de croix, œuvre d’une artiste brestoise, Melle Cras.
A huit cents mètres du centre, les ruines de l’église de Botmel, un clocher-mur et trois des arcades de la nef, s’élèvent dans un cadre verdoyant .
Sur la route de Botmel, à gauche, la chapelle Sainte-Barbe se blottit dans le vallon de Pont ar Vaux. Elle date du XVIè siècle.
La chapelle de Saint Pierre de l’Isle , du XVIè siècle, possède encore quelques sablières : animaux, musiciens…

Dans tout le canton on peut voir un grand nombre d’églises et chapelles ravissantes, de fontaines sacrées aux pouvoirs mystérieux :
L’église Notre-Dame de Bulat est l’un des monuments les plus originaux que compte la Renaissance bretonne : elle est pourvue d’une flèche de 66 mètres de haut, la plus haute des Côtes d’Armor ; 139 marches permettent d’accéder en haut de la tour et de contempler un magnifique paysage : on peut voir de là-haut les chapelles et les fontaines sacrées de Bulat.
L’intérieur comme l’extérieur regorgent de richesses : un jeune et beau breton portant un lutrin, ou, sur un des contreforts extérieurs, l’Ankou (la Mort) brandit en hurlant un tibia .
A Calanhel, la fontaine proche de la chapelle Saint-Maur guérit des rhumatismes : il suffit de s’y plonger !
A Carnoët, la chapelle Saint-Gildas date du XVIè siècle : en faisant le tour de l’édifice, on peut remarquer de curieuses gargouilles…
L’église Saint-Jean-Baptiste de Plourac’h est surnommée “la cathédrale de l’Argoat”: elle a été construite à la fin du XIVè siècle par le chambellan du duc François II (père d’Anne de Bretagne). A l’intérieur, un remarquable mobilier ; à l’extérieur, de belles sculptures.
La seigneurie de Plusquellec est l’une des plus anciennes de l’évêché de Cornouaille. Là encore, une belle église.
A trois kilomètres du bourg de Saint-Servais, la petite église de Burthulet s’élève sur un site venté : on prétend que « le diable est mort de froid à Burthulet même s’il s’abritait derrière des fougères… »
Au village de Kerhamon, en Duault, une stèle commémore les combats de la Résistance.
Dans tout le canton, on peut voir aussi les vestiges de la Préhistoire : tumulus, allées couvertes comme celle de Toul en Urs (le trou de l’ours) à Duault ou celle de Kernescop à Lohuec.
La chaire des Druides, à Kerohou en Maël-Pestivien, dans un lieu empreint d’une mystérieuse atmosphère, rappelle d’ancestrales pratiques : on peut distinguer sur l’une des roches la forme d’une tête, d’un corps et des jambes… Certains prétendent même qu’on y faisait des … sacrifices humains.

ART DE VIVRE

Ce territoire est considéré comme le château d’eau de la Bretagne : l’Argoat voit ainsi naître de nombreuses rivières comme l’Aulne, près de Lohuec, où l’on peut visiter le moulin Quélen (il a été construit sur un domaine appartenant au Marquis de Lafayette). Il a été rénové à l’identique durant les années 1990. Le Léguer coule vers la Manche, le Blavet vers l’Atlantique.
A Saint-Nicodème, les gorges du Corong permettent une promenade enchanteresse : un sentier suit la rivière qui disparaît sous un entassement prodigieux de rochers granitiques ; on peut y voir des loutres. Non loin, les landes de Menez Guellec à Locarn , une zone protégée de 350 hectares. Dans ce petit village, une riche Maison du Patrimoine.
A Bulat-Pestivien, la Maison du granite et le Musée du Manoir Breton méritent aussi une visite.
Callac est classée « Station verte de vacances » : son lac de la Verte Vallée permet de magnifiques promenades sur un sentier botanique : chaque espèce végétale est étiquetée en français et en breton. On peut aussi pêcher dans le lac .

Ceux qui aiment les animaux s’intéresseront à l’histoire du cheval Naous : ses qualités d’étalon lui ont valu une statue du sculpteur Guyot près de la mairie !
Callac est aussi la capitale de l’épagneul breton : elle recèle de nombreux élevages qui proposent visites et séances de dressage, une « Maison de l’Epagneul Breton » qui rassemble des documents, photos, vidéos…pour mieux connaître ce fidèle compagnon de l’homme.

Dans ce canton, on aime aussi rire et chanter : Callac possède une troupe de théâtre en breton, Strollad-Kallag. Les chanteurs du canton sont célèbres : les frères Morvan, Anne Auffret, Annie Ebrel…On peut danser sur leurs chansons dans les nombreux festou-noz de la région.

On peut lire aussi avec bonheur Les légendes de la mort d’Anatole Le Braz, les nombreux livres du Docteur Rébillé dont Le diable est mort à Burthulet, et les célèbres bandes dessinées d’Alain Goutal et de Lidwine qui habitent dans le canton.

CALLAC DE BRETAGNE

Syndicat d’initiative : Place du 9 Avril 1944.
02 96 45 59 34
Hors saison : 02 96 45 89 99
Mairie : place de la mairie – 22160.

Plus d'info sur le site de la communauté de communes : www.callac-argoat.fr

Visitez la galerie de Callac - Argoat

Emplacement