A la découverte du Pays Guerlédan - Argoat

Lac de Guerlédan - Tourisme en Centre Bretagne

A la découverte du Pays Guerlédan - Argoat

Galerie

Saint Nicolas du Pelem.

  • Etang du Pélinec
  • Auberge du Pélinec
  • Etang du Pélinec
  • Etang du Pélinec
  • Etang du Pélinec
  • Etang du Pélinec
  • Etang du Pélinec
  • Etang du Pélinec
  • Etang de Beaucours
  • Etang de Beaucours
  • Etang de Beaucours
  • Etang de Beaucours
  • Etang de Beaucours
  • Etang de Beaucours
  • Etang de Beaucours
  • Etang de Beaucours
  • Etang de Beaucours
  • Etang de Beaucours
  • Etang de Beaucours
  • Etang de Beaucours
  • Etang de Beaucours
  • Etang de Beaucours
  • Etang de Beaucours
  • Etang de Beaucours
  • Etang de Beaucours
  • Etang de Beaucours
  • Les remparts crénelés
  • Les remparts crénelés
  • Les remparts crénelés
  • Les remparts crénelés
  • Les remparts crénelés
  • Rivière à coté des remparts crénelés
  • Rivière à coté des remparts crénelés
  • Menhir dans le bois  à coté des remparts crénelés
  • Menhir dans le bois  à coté des remparts crénelés

Un chef-lieu qui bouge

Nichés dans la forêt communale de Saint Nicolas du Pélem, le bois de Beaucours et son étang sont un modèle d’équilibre naturel entre faune et flore.
À la sortie du bourg, le chemin de la vallée du Faodel a remplacé la voie de chemin de fer Saint Nicolas du Pélem - Guingamp.
“Bothoa, qui fut l’ancien chef-lieu jusqu’en 1837, est doté d’une église et son ossuaire et équipé d’un café épicerie, d’une salle communale très demandée par les familles et du Musée rural de l’éducation.
Un lieu unique dans le département où l’on peut revivre la journée d’un écolier dans les années 1930. Ce sera le cas le jeudi 29 octobre*”, explique Michel Connan né à Bothoa.
Autre lieu innovant, la ferme expérimentale de Crécom, une station de recherche appliquée pour les productions porcine et bovine. Cette propriété du Conseil général est gérée par les chambres d’agriculture.
L’agroalimentaire est présent encore avec les coopératives Coopagri et Eolys, l’entreprise Vatédis où 170 personnes élaborent des produits de qualité. Les transports Grisot, l’entreprise de bâtiment Le Couillard, Super U et la société le Cozler, qui fabrique des pièces pour l’agroalimentaire, font partie du paysage économique local. Rappelons que la population se rassembla pour sauver l’usine partie en fumée en 1996.
Une trentaine de permanents font vivre la maison de retraite qui accueille près de 60 résidants.
À Saint Nicolas du Pélem, qui dispose d’un centre médical - Sainte-Tréphine gère le centre de soins infirmiers -, d’une Poste, d’une salle des fêtes, d’une agence technique départementale sur les six actuelles, sont regroupés deux comités d’entraide.
Des services variés et une grande place faite à la culture et au sport.
Quelques musiciens de renom, comme Yann-Fañch Kemener, originaire de Sainte-Tréphine, David Pasquet et les frères Lotout de Saint Nicolas du Pélem.
N’oublions pas la bibliothèque, l’école de musique, le cercle celtique des Blés d’or avec 120 inscrits de 5 à 80 ans, l’harmonie de Corlay-Saint-Nicolas.
Douglas, un Anglais installé en Côtes d’Armor participe aux répétitions.“J’ai de la famille en Bretagne mais je me suis intégré surtout grâce à la musique.
Je donne même des cours. Mais (petit sourire) ce n’est pas facile de répéter avec les Français ; ils ne sont pas souvent à l’heure”.
Football, basket, hand-ball, tennis de table et même fléchettes, apportent un dynamisme parmi les jeunes.
“Nous avons aussi rénové la piscine aqualudique mais il faudrait sans doute améliorer le confort du camping pour attirer des touristes.
Et Saint-Nicolas s’exporte beaucoup à travers les jumelages entretenus avec l’Irlande, la Pologne, le Bénin, le Sénégal ou encore la Norvège”.
Un canton qui joue l’ouverture.

Les remparts crénelés

Les remparts crénelés sont une ébauche de ce qui aurait dû être un château par la suite. En effet, le comte De Boiboissel avait projeté de bâtir un château en cet endroit afin d’accueillir le comte de Chambord, prétendant au trône de France sous le nom d’Henry Y. Les travaux commencèrent en 1875, mais le comte de Chambord préféra se réfugier en Autriche et le château ne fût jamais construit. Seules les tourelles témoignent de ce projet
Pour s'y rende : Se garer sur la place de l’église. Prendre la petite ruelle sans issue juste à côté du Crédit Agricole, remonter jusqu' au bout. Prenez le petit chemin qui passe en bas des remparts. A côté de la tour de droite, vous avez un petit escalier qui permet d'accéder au bois et à la rivière avec son mini chaos et chute.
En remontant sur la gauche le sentier traversant le bois, vous allez arriver à une intersection perpendiculaire, prenez sur la gauche et remonter sur la colline, vous allez arriver jusqu'au menhir.

Contact

Base nautique Pen ar Hoat
Tel : 02 96 36 53 89
www.tourismekreizbreizh.com

Jardin du grand Launay
Le grand Launay

Association des Anciens et Amis du maquis de Plésidy St Connan Coatmallouen
Tel : 02 96 40 15 60 ou 02 96 21 47 85

CCKB, Communauté de communes du Kreiz Breizh
Tel : 02 96 36 53 89
www.kreiz-breizh.fr

Musée Rural de l’Éducation, Bothoa
Tel: 02 96 29 73 95
musee.ecole.bothoa[@]wanadoo.fr
www.musee-ecole-bothoa.com

Emplacement