A la découverte du Pays Guerlédan - Argoat

Lac de Guerlédan - Tourisme en Centre Bretagne

A la découverte du Pays Guerlédan - Argoat

A la découverte du pays.

A la découverte du pays Guerlédan - Argoat

Avec le vert intense qui partout domine,relevé ça et là de l'or des touffes de genêts ou d'ajoncs, le paysage incite à fureter parmi landes et prairies, en quête de richesses cachées ou au hasard de l'inspiration. La surprise est là, au détour du chemin : une chapelle, une fontaine, un bouquet de bouleaux blancs sur un tapis de bruyère, quelque marque d'un passé tourmenté et son cortège de mystères, ou tout simplement le murmure d'un cours d'eau aux berges accueillantes qui sonne comme un appel à sortir le pique-nique.

Guerlédan-Argoat est un pays vallonné où naissent la plupart des rivières de Bretagne avant qu'elles ne serpentent, au gré des reliefs, jusqu'aux proches rivages de la Manche ou de l'Océan.

Ce guide est à l'image du Pays, une invitation à la découverte. Et s'il met certains lieux en avant, ce n'est
que pour inciter le visiteur à se risquer au hasard des routes, à l'aventure des sentiers, et à l'imprévu des rencontres. Les occasions de sortie ne manquent pas. Il suffit de pousser la porte d'un café pour s'en convaincre à la vue des murs couverts d'annonces. Fêtes, concerts et festivals, qui animent le pays toute l'année, regagnent en densité à l'approche des beaux jours. Et puis il y a le fest-noz, cette fête de nuit qui perpétue la tradition. Il se colore ici d'une authenticité incomparable faite de sonorités venues du fond des temps, de voix à la puissance rythmique étonnante, de rondes où se mêlent tous les âges, et de moments de partage autour d'un verre réparateur.
Bon séjour…

Au pays de l’eau

Avec le canal de Nantes à Brest pour compagnon

Le temps est loin où les péniches gravissaient, une à une, les marches qui les hissaient à plus de 180 mètres au-dessus du niveau de la mer pour franchir les montagnes érodées du massif armoricain. Trop lent, dépassé par le chemin de fer, coupé en deux par le barrage de Guerlédan après quelques dizaines d'années de service, le canal de Nantes à Brest aura finalement très peu servi. On lui doit aujourd'hui les magnifiques chemins de halage qui traversent la Bretagne au gré de ses plus belles vallées, et une ribambelle d'écluses qui jalonnent le parcours du
promeneur. Ici, le temps paraît s'écouler plus lentement qu'ailleurs. Que vous le choisissiez pour guide ou que vous le croisiez au hasard de vos pérégrinations, le canal de Nantes à Brest sera le compagnon incontournable de votre séjour dans le sud du Pays de Guerlédan-Argoat.

Guerlédan : à pied, à cheval, à vélo

L'arrivée à Guerlédan est une surprise. Le regard, bercé jusqu'alors par un bocage légèrement vallonné, plonge soudainement au creux d'une vallée profonde où se reflète la surface du lac de Guerlédan. Retenu par un barrage
hydroélectrique, le lac s'étire en longueur avant de s'enrouler autour de hautes collines où se mêlent toutes les nuances du vert : au sud le vert profond de la forêt de Quénécan et, lui faisant face, les pâturages et les cultures des hauteurs de Caurel et de Saint-Gelven Havre de paix pour les inconditionnels de la tranquillité, l'endroit est également propice à toutes les activités d'eau et de nature : pêche, canoëkayak, voile, randonnée pédestre, cheval, vélo, Guerlédan réunit toutes les conditions pour multiplier les loisirs à l'envie. Quant au vététiste, il a trouvé là son paradis. La station de VTT ne compte pas moins de 300 km de chemins balisés : circuits verts pour la balade paisible en famille, bleus pour la découverte, rouges pour les mordus, et noirs pour les guerriers prêts à affronter toutes les pentes. Quel que soit son tempérament, la recherche du meilleur point de vue sur la beauté du site sera, à coup sûr, le fil conducteur d'un séjour bien rempli.
A proximité :
Saint-Gilles-Vieux-Marché :
- village fleuri
- vallée du Poulancre et les étangs
Saint-Connec : les calvaires fleuris
Saint-Guen : fontaine et ancien lavoir
Caurel :
- site de Pors Arthur
- Beau-Rivage

Bon-Repos, si bien nommé

Posée dans la verdure, en retrait du canal de Nantes à Brest formant un coude à cet endroit, l'Abbaye de Bon-Repos fait face à la forêt de Quénécan qui occupe toute la rive opposée. L'endroit et ses alentours immédiats sont un concentré d'Histoire. L'abbaye date du 12ème siècle. Longtemps prospère, elle fut abandonnée, incendiée par les chouans et pillée de ses pierres. Tout près, alors que l'on s'enfonce dans la forêt, l'ancien village sidérurgique des Forges des Salles, aménagé pour les visites, témoigne du passé industriel du Centre Bretagne au 18ème et 19ème siècles. Et distantes d'à peine deux kilomètres, les landes de Liscuis sont un autre appel à remonter le temps. Le sentier, raide, serpente entre des éperons rocheux,véritables lames de pierre qui semblent défendre la crête contre d'improbables envahisseurs. De temps à autre, un arbuste téméraire émerge des fougères, ajoncs et bruyères qui forment l'essentiel de la végétation. Tout en haut, suprême récompense, les allées couvertes de Liscuis parachèvent le décor. Il suffit alors de fermer les yeux et de se laisser envahir par la magie des lieux pour se sentir en harmonie avec les ancêtres qui venaient ici célébrer leurs morts.
A proximité :
Laniscat : les gorges du Daoulas
Saint-Gelven :
- site de Roc’h Tregnanton
- manoir de Correc
Gouarec :
- maison du Sénéchal et les maisons anciennes
- commune fleurie (3 fleurs)

La grande tranchée de Glomel

L'endroit est paisible, tout juste troublé par le toc-toc-toc opiniâtre d'un pivert, qui se répercute à l'infini entre les deux collines boisées de pins, de hêtres et châtaigniers qui bordent le canal. Avec une altitude de 184 mètres, la grande tranchée de Glomel en est le point le plus haut. La décision de construire le canal de Nantes à Brest fut prise par Napoléon pour désenclaver la Bretagne centrale et relier les grands ports bretons sans passer par la mer. Celle-ci était jugée peu sûre, la marine anglaise y faisant sa loi. Le tracé utilisait principalement les cours d'eau, mais il restait à joindre le Blavet à l'Aulne, au niveau Glomel. La grande tranchée, longue de trois kilomètres, large de 100 mètres dans sa partie supérieure, et d'une profondeur qui atteint 23 mètres, sera creusée dans des conditions hallucinantes : à la main, la terre étant portée à la brouette ou à dos d'hommes, par 600 bagnards vivant dans des conditions épouvantables. Nombre y ont laissé la vie, usés par le labeur et la maladie. Aujourd'hui, la sérénité des lieux a gommé les traces du passé. Tout au plus le promeneur averti observerat-il de temps à autre un arbre couché, preuve d'une instabilité persistante des centaines de milliers de mètres cubes de glaise bleue arrachés là, du fond de la tranchée.
A proximité :
Glomel :
- étang du Korong
- Château de Coat-Couraval
Plouguernével :
- vallée du Doré,
- écluse double de Coat-Natous
Mellionnec : chapelle de Pitié
Rostrenen : église et fontaine de la Vierge
Maël-Carhaix :
- jardins de Kervézennec
- aqueduc romain