A la découverte du Pays Guerlédan - Argoat

Lac de Guerlédan - Tourisme en Centre Bretagne

A la découverte du Pays Guerlédan - Argoat

Les Forges des Salles : un village sidérurgique en Centre Bretagne.

A quelques kilomètres de l'abbaye de Bon Repos, à la lisière de la forêt de Ouénécan et du Morbihan, les Forges des Salles,intactes depuis l'arrêt de leur exploitation en 1877,constituent le plus bel exemple du patrimoine industriel costarmoricain.

Les Forges des Salles
La forge s'est tue, laissant place aux chants des oiseeaux et aux bruissement du vent dans les arbres.
il n'en a pas toujours été ainsi.Il faut faire un effort pour imaginer les allées et venues des ouvriers du haut foumeau entre les différents bâtiments. Désormais dassé à l'Inventaire supplémentaire des Monuments Historiques depuis 1980, le site des Forges des Salles, situé dans la commune de Perret en Centre Ouest Bretagne, est un témoignage de la vie ouvrière dans la sidérurgie aux 18 et 19 sièdes.
Depuis 1990, l'ancien village sidérurgique exceptionnellement bien préservé se visite librement ou avec un guide: installations industrielles, maison du maître deforges,logements des ouvriers et des contremaîtres, cantine, école, chapelle,jardins enterrasse, rien n'a bougé depuis l'arrêt du haut fourneau en 1877. Certains bâtiments ont été réaménagés à l'ancienne selon leur fonction d'origine. Une vidéo redonne vie aux différents métiers de la forge: charbonniers, mineurs,homme du fer ...
Dans cette petite ville composée d'un ensemble de trente bâtiments on découvre les différents métiers liés à la forge, le processus de fabrication du fer, mais également la vie sociale et communautaire qui régnait à l'époque. Plusieurs centaines de travailleurs vivaient là avec leur famille.

Les charbonniers menaient une vie de nomades
Mais pourquoi ce site en plein Centre Bretagne? Parce que le lieu qui bénéficie de trois qualités s'y prête.
Il est traversé par le ruisseau de Pont lann qui se jette plus loin dans le Blavet; l'eau apporte son énergie motrice. De plus, la forêt de Quénécan est riche en minerai de fer et fournit d'autre part le bois propre à la fabrication du charbon de bois. Le ruisseau de Pont Lann marque la limite entre les Côtes d'Armor et le Morbihan.
En une campagne - elle durait généralement de novembre à juillet - une grosse forge absorbait l'équivalent de 8000 cordes de charbon de bois, soit 200 hectares de forêt. Il fallait ensuite réviser les machines et le haut fourneau. Les ponctions de bois étaient réellement importantes car le massif forestier breton ne dépassait pas 120 000 hectares.
Le charbon de bois était bien sûr fabriqué sur place par les charbonniers, qui menaient alors une vie de nomades habitant dans les bois avec leur famille. Leurs conditions de vie étaient très rudimentaires tout comme celles des mineurs, dont le rendement pouvait atteindre les 60 tonnes par an.
Dans cette région, l'exploitation artisanale du minerai se pratiquait déjà au Moyen Âge. C'est en 1621 que la famille de Rohan, qui fonda l'Abbaye de Bon-Repos et à laquelle appartenait la forêt de Quénécan, démarra, l'exploitation sidérurgique industrielle.
Les amoureux ou nostalgiques des lieux sont nombreux si bien qu'une association des Amis des Forges des Salles s'est créée. Elle réunit les descendants des familles des ouvriers et des contremaîtres et les membres de la famille du Pontavice .

Les services utiles au quotidien
Outre les bâtiments décrits ci-dessous, on trouvait tous les services utiles à la vie quotidienne : un four à pain utilisé par les femmes du village, un café épicerie, un lavoir et un pressoir à cidre. L'atelier du maréchal de forge se transformait en atelier du maréchal-ferrant pour les chevaux du domaine. À la régie ou bureau de paie le régisseur gérait tout le domaine et les 400 personnes qui vivaient de la forge. La chapelle, très dépouillée, était vraisemblament d'obédience prostestante à la création des forges au début du 17 siècle. Au sommet des jardins en terrasses , l'orangerie, ancienne baraque des jardiniers, servait de château d' eau .L' école, tenue par les seours du Saint Esprit, témoigne bien du paternalisme des propriétaires. Elles étaient située à 300 mètres des forges pour éviter aux enfants le bruit et les fumées de l' usine .

Les Forges des Salles représentent un bel exemple de patrimoine industriel unique en son genre, dans le paysage des Côte d' Armor.



Les habitations
Le bâtiment le plus imposant qui n'était autre que l'ancien logis du maître de forges est aujourd'hui mis en valeur par une belle cour aménagée en pelouse. Le dernier directeur fut M. Bourdonnais du Clézio. Le corps central de l'édifice est maintenant flanqué de deux ailes. Il n'en existait qu'une jusqu'en 1920. Le "château" est habité par la famille du Pontavice, propriétaire du domaine et de la forêt de Quénécan. la disposition des lieux, avec à l'est du château le jardin en terasses appelé "Thabor" qui monte jusqu'à la îisière de la forêt donne une fière allure à l'ensemble. À l'ouest de la maison du maître de forges, les maisons des contremaîtres datent du 19 siècle. Plus cossues que les maisons des forgerons,elles sont aussi mieux orientées, au sud. La rangée comprend les treize maisons des forgerons construites au 18 siècle. Onze d'entre elles forment un tout fart de schiste gris local et de pierres de taille de granit pour les encadrements. Un toit d'ardoises d'un seul tenant les couvre.
Chaque logis avait son jardin et sa chanvrière. Une famille pouvait posséder sa poule et sa vache qui paissait sur les terres du domaine. Le rez-de-chaussée est composé d'une seule pièce généralement en terre battue avec une cheminée. Les maisons se touchant, la vie était vraisemblablement très communautaire. En 1841, environ 70 personnes vivaient là, ne payant que rarement un loyer. Les Vasseur, Barbier, Launay et autres familles de contremaîtres étaient originaires de Normandie et de la région de Châteaubriant,des francophone dans ce pays breton .

Le haut fourneau
Monté en brique réfractaires pouvant résister à de fortes chaleurs, le haut fourneau qui produisait la fonte a été démonté en juillet 1877. Il était allumé en novembre jusqu'en juillet où il subissait une 'révision" complète. La passerelle reliait les halles de stockage au sommet du haut fourneau. On distingue encore les rails où roulaient les wagonnets chargés de minerai et de charbon de bois. Leur contenu était versé dans le "gueulard", l'ouverture haut fourneau profond de 12 mètres. Dans la soufflerie on trouvait deux énormes soufflets actionnés par une roue mue par l'eau. Il ne reste désormais que la "coque" dans laquelle s'insérait le fourneau.
Jusqu'au 17 siècle, on extrayait le fer du minerai en le chauffant à 900° dans des bas fourneau. Mais avec cette technique la production était limitée. L'innovation consista à porter la température du four à 1536°. Le métal qui coulait contenait un important pourcentage de carbone qu'il suffisait d'affiner en le soumettant à un courant d'air qui oxygénait. La fonte était exportée vers les ports bretons par le canal de Nantes à Brest. On fabriquait des prodiuits en fonte tels que plaques de cheminée, répieds. Les affineurs, modeleurs et marteleurs transformaient la fonte en fer.

la cantine
Elle servait essentiellement aux forgerons, gardes-chasse et forestiers. On pouvait s'y ravitailler et y rencontrer les marchands ambulants qui apportaient les nouvelles du canton. On y buvait du cidre. Elle était louée à un couple, le plus souvent des anciens ouvriers du site. Elle continua à fonctionner sous la forme d'un café épicerie jusqu' en 1954. Un boulanger s'installa au Salles vers 1850.

A voir autour
Abbaye de Bon Repos, canal de Nantes à Brest, églises de Perret, landes de Liscuis à Laniscat, forêt de Quénécan.

Visites
De Pâques à la Toussaint, ouvert les week-ends et jours fériés de 14h à 18h30. En juillet et août tous lesjourde 14h à 18h30.
les groupes sont reçus sur rendez-vous
Adulte : 5E , Enfant: 3E
02 96 24 90 12 ou 02 96 24 94 65
Site : www.lesforgesdessalles.info

Un clic sur la vignette pour lancer la vue panoramique ( le temps de chargement de l'image peut etre important )
Les forges des Salles
Les forges des Salles
Les forges des Salles
Les forges des Salles
Les forges des Salles
Les forges des Salles
Les forges des Salles

Emplacement